Immunité innée/acquise part 2

...

23 août 2020 - suite de la partie 1 http://www.jeanef.fr/446855716 et je vous redonne le lien de l'article Agoravox si vous souhaitez le relire ou l'avoir sous la main en même temps que vous me lisez.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-jeu-des-tests-une-brique-de-225479

et je reprends là où je vous ai laissés en partie 1 pour tenter d'avancer sur le terrain (miné ?) de l’immunité qui se répartit en 2 catégories tout en rappelant les tests ne prennent en compte que l’immunité dite acquise ou adaptative càd la présence confirmée d’anticorps et ils ignorent tout simplement (devrait on dire « bêtement ») l’autre immunité dite innée ou naturelle que le Dr Sacré explique comme suit :

L’immunité innée n’est pas spécifique, elle est très rapide, intervient en premier en cas d’agression (virale), elle est souvent suffisante et ne repose pas sur la production d’anticorps. Càd que les anticorps ne sont absolument pas indispensables pour éliminer une infection c’est pourquoi l’absence d’anticorps ou un taux faible d’anticorps dans le sang n’exclut pas une infection virale qui aura été prise en charge par l’immunité innée exclusive. Cela est même un signe de bonne santé immunitaire !

Doit on rappeler le slogan qui a couru un temps via des spots publicitaires :
les antibiotiques, c’est pas automatique !
et pour cause ! ne pas en utiliser permet à l’organisme de fairer appel en priorité à ses propres défenses immunitaires pour contrer l’envahisseur viral et ainsi de ressortir renforcé de la maladie, une fois celle-ci.... vaincue !

D’où l’intérêt évident de renforcer naturellement nos défenses immunitaires qui constituent notre première armée "appelée" à aller au "contact" de l’adversaire qui peut devenir l’ennemi…. viral, microbien ou bactériologique selon le degré de virulence de celui-ci, c’est évident !

Sauf que cette armée-là est tellement discrète car partie intégrante de notre organisme qu'on finit par l’oublier ou plus bêtement l’ignorer au point que ceux qui vous proposent de consolider vos défenses immunitaires à l’aide de vitamines (C et D n’étant pas les moindres) mais aussi oligo-éléments (zinc,…), exercice physique, douche fraiche (c’est l’été profitez-en pour vous habituer !) peuvent dorénavant passés pour des complotistes ! c'est tellement simple que c’est forcément faux ou inadéquat ! ben voyons !!

Ah c’est sûr, un masque sur le nez pour nous empêcher de respirer librement en plus de respirer nos propres miasmes c’est forcément plus efficace pour consolider nos défenses immunitaire alors qu’une "armée" immunitaire a besoin d’exercices pour s’entraîner, se renforcer, être rapide, agile, efficace, musclée pour répondre aux attaques quotidiennes et parer à toute attaque virale conséquente avant d’appeler à l’aide, si ça devient nécessaire évidemment, aux forces spéciales c’est-à-dire les anticorps secrétés par les lymphocytes B et détectables dans la prise de sang !

Mais en plus, notre système immunitaire utilise aussi pour se défendre les lymphocytes T qui ne sécrètent pas d’anticorps (donc pas de détection dans le test sanguin) mais constituent pourtant une ligne de défense antivirale et antimicrobienne très importante !!

Tout cela pour tenter d’expliquer que la réaction immunitaire adaptative ou acquise (présence d’anticorps détectée) peut ne pas avoir été nécessaire compte tenu des autres barrières immunitaires mises en place par un organisme dont le système immunitaire fonctionne parfaitement grâce par exemple à des infections précédentes, et particulièrement des rhumes qui auront préparé l’organisme à bien réagir au SRAS-CoV-2 (immunité croisée efficace).

En résumé, une sérologie négative i.e. taux insuffisant d’anticorps anti-SRAS-CoV-2 N’EXCLUT PAS d’avoir été infecté et N’EXCLUT PAS l’existence d’une immunité protectrice contre une forme grave de COVID-19.

Les seules sérologies à IgG (détection anticorps) sous-estiment le véritable taux d’infections guéries et la véritable immunité de la population contre le SRAS-CoV-2 !

Il serait plus intéressant de doser l’ensemble des anticorps anti-coronavirus, et non seulement ceux spécifiques du SRAS-CoV-2.

Je vous laisse lire attentivement la suite relative aux hypothèses immunologiques pouvant expliquer des formes graves de COVID-19 dont on a beaucoup entendu parler par ailleurs (âge avancé, co-morbidité,….)

Les maladies nommées « comorbidité" auxquelles on peut ajouter nos mauvaises habitudes de vie et/ou alimentaires dépriment fortement le système immunitaire et impactent :

1. notre immunité naturelle la rendant incapable chez les patients concernés d’éliminer le virus ou d'en ralentir sa multiplication.

2. négativement l’immunité acquise par anticorps, ce qui peut amener l'organisme à sécréter des anticorps ADE qui eux facilitent l’invasion virale au niveau de tissus présentant des récepteurs spécifiques à ces anticorps, engendrant une réaction inflammatoire excessive, exagérée (réponse immunologique Th2) et plus de destruction que de guérison notamment dans les poumons !! et dans ce cas de figure, les taux très élevés d’anticorps contre le SRAS-CoV-2 ont plutôt traduit une situation mauvaise, synonyme d’infection sévère et de réactions immunitaires délétères !
ndrl : on a ainsi beaucoup parlé de cas de patients passant par la réanimation conduisant à des situations graves voire extrêmes.

Je laisse la mot de la fin sur cette question d’immunité croisée au Dr Sacré :

« … résumer la défense immunitaire d’un individu à sa production d’anticorps est aussi faux et simpliste que de résumer la défense d’un pays à ses forces spéciales. Pourtant, cette pirouette est le dogme principal de l’immunologie, la base sacrée de la vaccinologie »…

Ma propre réflexion sur le sujet : à choisir entre la peste et le choléra soit entre RT PCR et sérologique, je choisis le test sérologique même s’il ignore mon immunité naturelle laquelle ne se traduit pas par des anticorps détectables mais je considère réellement le test RT PCR comme une arnaque sur toute la ligne en plus de devoir subir un acte médical pratiqué par des personnels qui ne sont pas des experts des voies ORL ni du geste adéquat ! sur ce point-là aussi on minimise beaucoup la portée de cet acte qui est loin d’être anodin.

Enfin, en guise de vraie conclusion, je vous suggère vivement de lire la fin de l'article telle qu’elle est rédigée par le Dr Sacré. Vous en profiterez aussi pour lire la liste des références (publications) qu’il a utilisées pour préparer cet article. Ce n’est donc pas rédigé à la va vite sur un coin de table pour répondre à un quelconque impératif politico-médiatique.

Si intéressé(e), retrouvez moi sur les parties 3 et 4 où je livre mes propres réflexions 
http://www.jeanef.fr/446901135 http://www.jeanef.fr/446901304