l'IA va t elle aussi tuer la démocratie ?

Ce titre est celui d'un livre que j'ai commencé à lire. Co-écrit par L Alexandre et JF Copé. il y a beaucoup à dire et je compte le faire lorsque je l'aurai terminé mais alors que j'étais en train de le feuilleter voilà que je tombe sur une portion qui m'interpelle et qui, pardonnez l’expression, vaut « son pesant de cacahuètes, intitulée « les politiciens sauveront-ils les gilets jaunes ? ». Reportez vous p 102 à 104 pour lire l'intégralité

Avant de vous livrer un extrait, je remarque que ce livre a été imprimé en mars 2019 donc très tôt dans la phase d'évolution du mouvement Gilets jaunes, lequel c'est vrai semblait déjà bien intégré dans le paysage socio-politique français donc susceptible de durer et valant la peine qu’on en parle dans ce livre ? les Gilets jaunes avaient-ils seulement conscience que leur mouvement durerait encore à l’automne 2019 ?

Je vous livre donc, ci-après, la fin de cette séquence dédiée aux "Gilets jaunes" (p104) :

… « le New York Times du =18 novembre 2018= révèle que YN Harari (i.e. écrivain de Homo Deus) s’est interrogé, lors de son passage dans la Silicon Valley, sur ce que les élites feront des inutiles

[à noter que ce terme figure bien p 376 de son livre Deus et voici la réponse de Harari à sa propre interrogation reprise par le NYT] :

« il y a un siècle… les élites ne pouvaient pas tuer les masses, parce qu’elles en avaient =besoin= »
(ndrl : les nazis n’ont pas pris tant de précautions entre 39 et 45 sauf erreur).

Laurent Alexandre reprend :

" Mais demain, avec les robots dotés d’IA capables de remplacer de nombreux groupes de travailleurs y compris les militaires, comment se comporteront les maîtres du capitalisme cognitif face aux « useless » (i.e. inutiles en anglais) désespérés par leur inutilité ? Il (Harari) interprète l’intérêt porté par les GAFA au revenu universel comme un moyen plus doux de traiter la question des « inutiles » - ndrl : c’est vrai que rouvrir les chambres à gaz et l’annoncer publiquement c’est pas très politiquement ça.

L Alexandre poursuit :
"selon le gourou israélien, la Silicon Valley pense implicitement : « nous n’avons pas besoin de vous. Mais vous êtes gentils (sic), alors on prendra soin de vous »…

Voilà, achetez le lire, lisez le évidemment, ça n'a rien d'une partie de plaisir je vous l'accorde...