COVID dépistage pourquoi le refuser part 1

14 mai 2020. màj 28.09.2020

Depuis ce 11 mai, nous sommes entrés en phase de déconfinement mais ne nous leurrons pas, ce n’est que le début d’une nouvelle période qui nous réserve des surprises, espérons qu'elles nous soient agréables mais restons vigilants tant nous avons pu être échaudés par les errements de ce gouvernement qui ne gouverne… pas grand-chose. Pas la peine de vous refaire l'histoire.

J’ai découvert cette vidéo de Big Brother, intitulée : le dépistage pourquoi faut-il le refuser ?

Le titre est clair, Big Brother plaide pour le refus des tests de dépistage. 

https://www.youtube.com/watch?v=jNSRBFqZmI0&t=1740s

Big Brother expose le contexte de la mise en place du dépistage par test PCR et interroge sa fiabilité. Je partage largement ses interrogations, cf mes posts : covid ovni 1 et 2.

Big Brother développe ensuite (13’) les notions placebo et nocebo. Si on a une assez bonne idée de l’effet placebo, l’effet nocebo nous est moins familier. Ainsi, si vous apprenez que vous êtes « positif » au COVID, vous êtes placé psychologiquement en situation de fragilité or cette fragilisation psychologique, émotionnelle (peur de la maladie) impacte la santé physique.

Je laisse Big Brother développer pourquoi et comment vous pourriez refuser le test, si telle est votre décision. Et je vous communique différents liens en rapport avec les procédures d'organisation de ce test.

- 1. Un jeune médecin, Dr Karim Khelfaoui, refuse de dénoncer par un signalement à l’assurance maladie les patients qui viendraient le consulter pour se faire soigner. Cette «dénonciation» entraîne la visite de brigades sanitaires (police de la santé) à votre domicile 
https://www.youtube.com/watch?v=D_m62bTEPMc

- 2. Le site du gouvernement sur le déconfinement et les mesures prises sous l’intitulé « stratégie du déconfinement » 
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/strategie-de-deconfinement

màj 28.09.2020 : ce lien correspond aux INFOS CORONAVIRUS mais le point consacré à l'isolement ou la quarantaine n'y figure plus, l'ensemble de la page a été reconfiguré mais portez attention à la rubrique "casser la chaine de contamination : politique de test et d'isolement' à partir de ce lien https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus 

Par contre pour les infos spécifiques à l'isolement cliquez dorénavant sur ce lien :

https://www.vie-publique.fr/loi/274230-loi-du-11-mai-2020-prolongation-etat-durgence-sanitaire

je laisse mes observations faites en mai 2020, car à quelques détails près, les grandes lignes sont les mêmes mais n'hésitez surtout pas à comparer en ouvrant le lien actualisé ci-dessus.

A noter sur le point «isoler» :
- les préfets et les collectivités territoriales définiront … le plan d'accompagnement des personnes placées en isolement

- les personnes devant être isolées pourront choisir de :
a) rester chez elles (ce qui entraîne l’isolement de tout le foyer pour 14 jours)
===ma suggestion : si vous n’avez d'autre choix que de subir cet isolement, imposez cette condition : chez vous et pas ailleurs : c’est mon conseil en tout cas sinon nous mettons le doigt dans un engrenage dont les conséquences sont, à ce stade, difficiles à évaluer==

b) être isolées dans un lieu mis à leur disposition (à éviter impérativement, ça sent pas bon, si vous permettez l’expression) notamment les hôtels réquisitionnés (on vous isole hors de votre domicile, je ne trouve pas ça clair !)

Vous pouvez retrouver cette stratégie de confinement détaillée à l’article 5 de la loi 547 du 11 mai 2020 sur le site www.legifrance.fr. Vous serez surpris de constater que c'est le Juge des Libertés et de la Détention qui est sollicité pour statuer sur votre éventuel recours contre la mesure d’isolement prise à votre encontre ou de sa possible  prorogation.

Prenez aussi connaissance de l’article 11 de cette loi du 11 mai, sous le n° 546, dédié au « système d’information mis en place aux =seules fins= de lutter contre l’épidémie de COVID19, ce qu'on appelle l'appli COVID

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=1FFDDC9723FD8738D3689E744B4D9D0D.tplgfr27s_2?idSectionTA=JORFSCTA000041865245&cidTexte=JORFTEXT000041865244&dateTexte=29990101

L’extrait dit ceci "...par dérogation à l'article L. 1110-4 ..., aux seules fins de lutter contre la propagation de l'épidémie de covid-19 et pour la durée strictement nécessaire à cet objectif ou, au plus, pour une durée de six mois à compter de la fin de l'état d'urgence sanitaire déclaré par l'art 4, loi n°2020-290 du 23/03/20 ...pour faire face à l'épidémie de covid-19, des données à caractère personnel concernant la santé relatives aux personnes atteintes par ce virus et aux personnes ayant été en contact avec elles peuvent être traitées et partagées, le cas échéant sans le consentement des personnes intéressées, dans le cadre d'un système d'information créé par décret en Conseil d'Etat et mis en œuvre par le ministre chargé de la santé.

Remarquons que cela fait totalement écho aux craintes exprimées par le Dr Khelfaoui (cf supra) tant sur la protection des données que sur la durée de l'état d'urgence sanitaire. Il ne faudrait pas que le provisoire s'installe durablement !!!

màj : 22 07 2020 : c fait ! l'état d'urgence sanitaire a été levé mais retranscrit dans la loi courante, comme prédit par le Dr Khelfaoui. Petite vidéo du Canard réfractaire 
https://www.youtube.com/watch?v=phAtabkioUg&feature=youtu.be

Enfin, petite trouvaille : un avocat du droit du travail a décrypté ces balivernes législatives et nous signale que dorénavant se toucher le visage est puni d'une amende de 38€. oui, oui !
https://threader.app/thread/1259939720865492992